Honore ton frère, un film sur F. Hilarius (François Thouvenet)

Honore ton frère, un film sur F. Hilarius (François Thouvenet)

Le missionnaire français qui a défendu la langue thaï dans la série de manuels scolaires destinée aux jeunes étudiants est célébré dans un nouveau film.

Aujourd’hui probablement les jeunes ignorent que la série de livres en langue thaï « Darunsuksa » a été écrite par un étranger.

Mais le mois prochain tout va changer avec la sortie d’un film sur la vie de F. Hilarius (François Thouvenet), un jeune religieux français arrivé au Siam en 1901.

Surussavadi Chuarchart, la réalisatrice du film « F. Hilarius », affirme que ce film est loin d’être simplement une biographie, surtout parce que le F. Hilarius était plus qu’un enseignant. « Il était un étranger qui a réellement compris la racine et la nature du peuple thaïlandais, » dit-elle.

Et elle ajoute « Les idées contenues dans ses poèmes, ses essais et ses articles, nous enseignent l’intégrité et non pas la tricherie ».

Le film raconte son histoire à travers Pongsatorn (Pharunyoo « Tac » Rojanawuttitham) un enseignant qui utilise les manuels et les recherches de F. Hilarius pour ses Masters. Ses thèses le poussent à regarder plus loin dans l’histoire, au delà de l’enseignant français qui écrit des manuels en langue Thaï, à regarder dans la profondeur d’Hilarius, l’homme.

F. Hilarius, interprété par l’acteur Jason Young, a été une des personnes clefs de l’histoire d’Assumption College, école masculine catholique privée fondée par un prêtre, le R. P. Emile Auguste Colombet. Les manuels Darunsuksa sont encore largement utilisés dans les écoles catholiques, ce qui fait que cette l’histoire pourrait ne pas intéresser les spectateurs habituels.

Surussavadi n’est pas du même avis. « Je ne pense pas que le film soit uniquement sur l’Assumption. L’influence de F. Hilarius s’étend bien au delà des portes de l’école. En effet, le film est dirigé par des gens qui ne sont pas de l’Assomption », dit-elle.

Le film se base sur la vie de F. Hilarius à travers son journal et ses lettres, à travers ses étudiants, parmi lesquels on compte différentes personnalités influentes du pays, comme le premier ministre Phraya Manopakorn Niti Thada, le doyen Sanya Dharmasakti qui était aussi chef du conseil privé, et Puey Ungpakorn, un économiste estimé.

Hilarius faisait partie des cinq frères envoyés par la Congrégation des Frères de Saint-Gabriel en France, pour diriger le Collège de l’Assomption (puis Assumption College) en 1901 à la demande du R. P. Colombet. À 20 ans, le plus jeune des missionnaires envoyés au Siam, enseigna l’anglais et le français aux étudiants thaïlandais et employa son temps libre à étudier le thaï. La série de manuels scolaires Darunsuksa parut 9 ans plus tard.
« Il a commencé à apprendre le thaï comme un enfant, et il a utilisé cette expérience pour écrire les manuels scolaires. Ce ne sont pas seulement des textes de grammaire mais contiennent également ses propres idées. » dit le directeur.

Il a aussi écrit des articles, des poèmes et il a traduit des citations anglaises en langue thaï. Quelques unes, comme la citation de Frederick Langbridge « Deux hommes regardent à travers les mêmes barreaux ; l’un voit la boue l’autre les étoiles. » sont encore utilisées aujourd’hui.

Le personnage de Pongsatorn a été inspiré par la vie réelle d’un enseignant qui a préparé sa thèse sur le F. Hilarius mais la ressemblance se limite à cela. Alors que le travail du vrai professeur étudie l’œuvre du F. Hilarius en profondeur, la recherche de Pongsatorn est superficielle et il affronte le choix entre travailler encore plus ou échouer à sa maitrise.

« Mon objectif est d’attirer l’attention sur la manière dont nous regardons à la surface, lisant seulement les titres et critiquant. Le personnage de Pongsatorn poussera le spectateur à s’interroger sur le genre de personne qui, « lui » ou « elle », est ou veut être, » dit Surussavadi, qui en précédemment travaillé à la Television, aux documentaires, et films télévisés, comme le conte du héros méconnu Khun Rong Palad Chu, qui n’a droit qu’à un simple paragraphe dans les livres d’histoire.

En fait, à l’origine le film était destiné à la télévision après avoir été choisi pour le projet « The Idol Khon Bandal Jai », qui est centré sur les grands personnages.

Produit par Bluering Company et OMAC, la « St Gabriel’s Foundation » et la « Brother Hilaire Foundation », l’équipe du film inclut différentes personnes en vue de l’industrie thaïlandaise comme  Pen-ek Ratanaruang directeur de la photographie, Chankit Chamnivikaipong (« Headshot », « Nymph ») et designer production, Ek Iemchuen qui a co-écrit le script. Il a été tourné principalement dans la province de Lop Buri, dans laquelle on trouve beaucoup de vieux bâtiments rappelant le Bangkok des années 1900.

Originalement programmée en 2 épisodes de 45 minutes, la diffusion du film a été éliminée quand la chaîne TV a changé sa programmation.

L’équipe n’a pas capitulé, a réduit et réédité l’histoire et enfin a convaincu la Five Star Entertainment à le distribuer.

une prière est demandée

« F Hilarius » est au cinémas le 9 juillet.

(publiée par Multimedia.com)