ÉTAPES HISTORIQUES

Les Frères de Saint-Gabriel, lors de leur 29e chapitre général, ont introduit l’idée du partenariat dans la congrégation, et invité les frères à le réaliser en formant des laïcs et en partageant avec eux le charisme et la mission. Confortés par l’appel de Jean-Paul II aux Supérieurs généraux de la famille montfortaine : « Courage ! Faites que ce trésor (le charisme montfortain) porte du fruit ; il ne doit pas rester caché », au cours du 30e chapitre général, la congrégation invita les frères, une fois encore, à vivre de plus en plus en partenariat avec les autres et leur demanda instamment d’étendre cette relation à toutes les personnes de bonne volonté (Message du 30e chapitre Général N° 37)

Il était encourageant de constater que déjà, dans quelques provinces de la congrégation, la semence du partenariat et de la collaboration avait été jetée en terre et qu’elle avait commencé à germer. Voici quelques expériences réalisées dans différents secteurs de la congrégation.

  • En Amérique, la province du Canada, qui avait un groupe, bien organisé, d’associés gabriélistes montfortains, depuis plus de 30 ans, a maintenant essayé de regrouper dans le « Réseau Saint-Gabriel », les différentes personnes qui partagent la mission et la spiritualité des frères. Au Brésil, les « Groupes des Amis de Montfort » sont très actifs. Ils sont animés, en partenariat, par les Pères montfortains, les Filles de la Sagesse et les Frères de Saint-Gabriel.
  • En Europe, le Partenariat a pour objectif de partager la mission et la spiritualité. En Espagne, des groupes de jeunes, anciens élèves, appelés « Foi et Amitié» se rencontrent régulièrement pour planifier, réfléchir et préparer des actions. Des groupes de membres associés – « la famille montfortaine » – organisent des réunions, par régions géographiques, pour la formation, la prière et, au niveau national, pour des voyages et des pèlerinages. Les frères jouent le rôle d’animateurs et de formateurs. En Italie, les frères travaillent en partenariat avec les laïcs en animant des activités pour les étudiants après la classe. En France, grâce à la structure appelée « tutelle » qui a été mise en place par l’Église, le Supérieur provincial peut nommer les directeurs laïcs des institutions placées sous sa responsabilité. Il y a eu un réel approfondissement du projet éducatif gabriéliste montfortain. Chaque année, sont organisées des sessions de formation pour le personnel et les responsables laïcs. Un réseau de solidarité travaille très efficacement avec d’autres associations, pour réunir des fonds et soutenir des projets dans les pays en voie de développement.
  • En Asie, vu la situation sociale et religieuse, les frères travaillent avec les laïcs, surtout dans le domaine de l’éducation. En Thaïlande, les sessions de formation sur le projet éducatif montfortain gabriéliste sont organisées pour les laïcs qui sont en charge des institutions. À Singapour, un partenariat a été mis en place avec les laïcs responsables des écoles autrefois dirigées par les frères. La fondation du « Centre Montfort » qui organise des retraites, des sessions de réflexion, sur une base hebdomadaire ou mensuelle, a consolidé le mouvement des associés. En Inde, un réseau de partenaires a été établi au niveau national. Le réseau est ouvert à tous ceux qui sont en lien avec les frères. Dans toutes les provinces, les structures du partenariat ont été établies et, par endroits, le mouvement a pris racine. Partout, l’idée de collaboration et de réseau a fait son chemin.
  • En Afrique, un bon nombre d’initiatives ont été prises dans les trois provinces du Sénégal, de Brazzaville et de  Kinshasa. Des groupes de membres associés y sont organisés. Au Rwanda et au Burundi les frères sont engagés dans la diffusion de la spiritualité montfortaine et le travail en réseau.

Réalisation du Message du 30e chapitre général

La Congrégation a pris très au sérieux l’invitation du 30e chapitre général : « Notre spiritualité et notre charisme nous poussent à établir un partenariat toujours plus grand et plus actif avec les personnes de bonne volonté » (Message du 30e chapitre général n° 37)