32E CHAPITRE GÉNÉRAL – MESSAGE INAUGURAL DU SUPÉRIEUR GÉNÉRAL

32E CHAPITRE GÉNÉRAL – MESSAGE INAUGURAL DU SUPÉRIEUR GÉNÉRAL

32CHAPITRE GÉNÉRAL : 8 AU 28 AVRIL 2018

MESSAGE INAUGURAL DU SUPÉRIEUR GÉNÉRAL

9 avril 2018

Mot de bienvenue

Bonjour à vous tous. C’est vraiment une joie pour moi d’accueillir tous les délégués du 32echapitre général, au nom des membres de l’administration centrale, de tous les frères, sœurs, prêtres et collaborateurs/collaboratrices laïcs de la Casa Generalizia. Je voudrais dire un mot de bienvenue spécial à notre facilitateur, F. Jean-Claude Lavigne, O.P., à nos interprètes, Sr. Lise Le Riche, des Filles de la Sagesse, et F. Rémy Ndong, de la province du Sénégal, et à nos secrétaires, F. Jenny Kuriakose, de la province de Yercaud, et F. John Britto, le Supérieur du district de  Madagascar. Nous espérons sincèrement que vous passerez tous un agréable séjour ici, à Rome, et que vous aurez une participation active et significative à cet événement historique du 32echapitre général de notre congrégation.

Le chapitre général: un signe d’unité et de charité

Le 32echapitre général est un événement unique, où 50 délégués venant de 14 pays et des 5 continents, représentent les 1127 frères et les 123 novices qui forment aujourd’hui le riche patrimoine de notre congrégation. Le groupe est représentatif des différentes générations et d’expériences variées! Le plus âgé d’entre nous a 79 ans et le plus jeune en a 42. Nous avons un délégué qui participe au chapitre général pour la 8efois, un autre pour la 7efois, alors que 17 autres y participent pour la première fois! Nous avons parmi nous 2 anciens supérieurs généraux et 2 anciens assistants généraux, avec leur vaste expérience de la vie et de la mission de notre institut. Il s’agit vraiment d’une riche variété!

Le code de droit canonique et nos constitutions disent clairement que l’autorité suprême dans l’institut est exercée de façon permanente et personnelle par le supérieur général aidé d’assistants généraux, et de façon périodique et collégiale par le chapitre général (cf. CCL 631 §1; C 156). Un chapitre général n’est donc pas une simple réunion de conseil exécutif ou une assemblée générale. À l’article 157 de nos constitutions, nous lisons: « Le chapitre général, signe d’unité et de charité, représente tout l’institut. Il en protège le patrimoine, en promeut le renouveau et l’adaptation et en favorise la croissance en fidélité à ce même patrimoine »(cf. CCL 631 §1).

Nos constitutions sont claires quant à l’esprit qui doit nous animer durant ce chapitre général: un esprit d’unité et de charité. Quelles que soient nos différences culturelles, linguistiques ou régionales, un esprit de charité et de respect mutuel devrait caractériser toutes nos discussions et délibérations puisque nous représentons la congrégation tout entière et non pas la province d’où nous venons. Dans la présentation du règlement de notre chapitre général, nous lisons:           « Son but est de favoriser la liberté d’expression des capitulants dans le respect mutuel et la charité, en vue du déroulement harmonieux et efficace des travaux ».Comme le F. Jean-Claude, notre facilitateur, nous l’a rappelé depuis qu’il a commencé à nous accompagner dans notre préparation au 32echapitre général, un chapitre général est un moment de célébration, un moment où nous rendons grâce pour le passé et où nous cherchons le bien commun de la congrégation pour l’avenir.

Comme nous venons de le lire à l’article 157 de nos constitutions, la mission principale du chapitre général consiste à protéger le patrimoine de l’institut, à promouvoir le renouveau et l’adaptation appropriés, et à favoriser la croissance en fidélité à ce même patrimoine. Nous devons, évidemment, protéger le patrimoine matériel de la congrégation, mais ce que le code de droit canonique mentionne comme patrimoine au n° 578 est le patrimoine spirituel: « La pensée des fondateurs et leur projet, que l’autorité ecclésiastique compétente a reconnus concernant la nature, le but, l’esprit et le caractère de l’institut, ainsi que ses saines traditions, toutes choses qui constituent le patrimoine de l’institut, doivent être fidèlement maintenues par tous ».Notre principal objectif au chapitre général devrait donc être de protéger notre patrimoine spirituel, l’héritage que nous avons reçu de Montfort, à savoir, sa devise « Dieu Seul »et sa spiritualité comprenant l’amour de la Sagesse éternelle et incarnée, l’amour de la croix, un tendre amour pour la Vierge Marie, une confiance absolue en la Providence, et son amour concret pour les pauvres et pour ceux que le monde rejette!

La mission du chapitre consiste aussi à favoriser un renouveau et une adaptation appropriés, par la lecture des signes des temps, et elle doit faciliter la croissance dans une fidélité créative au charisme montfortain. C’est exactement ce que l’Exhortation apostolique post-synodale Vita Consecrata demandaitaux congrégations religieuses: « Les instituts sont donc invités à retrouver avec courage l’esprit entreprenant, l’inventivité et la sainteté des fondateurs et des fondatrices, en réponse aux « signes des temps » qui apparaissent dans le monde actuel ».(VC 37). Ainsi, au cours du chapitre, nous devrions nous demander si nous sommes attentifs à la voix de Dieu, qui nous interpelle à travers l’Église et le monde!

Le 32chapitre général: un temps de grâce

Il est très symbolique que nous commencions notre 32echapitre général en la fête de l’Annonciation, fête patronale de notre famille montfortaine, célébrée en ce début du temps pascal. Pâques est pleinement signe d’espérance et de vie dans le Christ ressuscité et dans la force de sa résurrection. La résurrection, comme nous le savons tous, est vraiment une transformation. La résurrection transforme les tragédies et guérit les blessures. La résurrection nous invite à regarder autour de nous et à voir la transformation, à regarder l’avenir avec optimisme, et à nous soumettre à la volonté de Dieu. Ce dont nous avons le plus besoin aujourd’hui, ce sont des témoins crédibles, qui proclament la beauté de l’amour de Dieu par leurs paroles et par leurs vies. Le ‘Fiat’ de Marie à l’Annonciation nous rappelle aussi que, lorsque nous soumettons nos vies à la volonté de Dieu, nous permettons à Dieu de nous sanctifier, puisque l’obéissance et l’engagement sont deux éléments clés de tout succès spirituel.

J’ajoute que c’est aussi un signe de grâce et un privilège bien spécial que nous puissions rencontrer notre saint Père le pape François, le vendredi 27 avril, pour demander ses bénédictions apostoliques sur nous, membres du chapitre, et sur tous les frères, associé(e)s, collaborateurs et collaboratrices de nos différentes entités. Nous avons aussi le privilège de conclure notre 32echapitre général en la fête de saint Louis-Marie de Montfort et nous célébrerons cet événement historique en présence des représentants de toute la famille montfortaine. Ce sera, pour nous, une occasion de placer tous les futurs plans et projets de notre congrégation aux pieds de Marie, notre mère, et de saint Louis-Marie.

L’année 2018 est aussi un moment important et un temps de grâce pour nous, Frères Montfortains de Saint-Gabriel, parce que c’est l’année du 250eanniversaire de naissance du P. Gabriel Deshayes, à qui la famille montfortaine doit une grande part de sa croissance et de son développement, et à qui, nous, les Frères de Saint-Gabriel, devons une nouvelle identité, une nouvelle naissance! Nous nous joignons également aux Filles de la Sagesse qui célèbrent, cette année, le 25eanniversaire de la béatification de Marie-Louise Trichet. Nous prions, avec toute la famille montfortaine, pour la canonisation de la bienheureuse Marie-Louise. Nous prions aussi avec les Frères de Ploërmel, les Sœurs de Saint-Gildas et les Sœurs de l’Ange gardien, pour la béatification de Gabriel Deshayes, fondateur ou cofondateur de ces trois congrégations.

Le 32chapitre général: un tournant dans notre histoire

Le 32echapitre général qui suit de près les célébrations du tricentenaire, a une signification particulière. Un tricentenaire est, sans aucun doute, un point de repère important. Les trois siècles de vie de la famille montfortaine sont remplis de mémorables signes d’intervention de Dieu. La commémoration de ce long cheminement de 300 ans nous invite à entrer en nous-mêmes et à réfléchir. C’est un appel à revenir à la spiritualité et au charisme de saint Louis-Marie de Montfort avec plus de dynamisme et de zèle. Le tricentenaire de notre histoire devrait surtout être un nouveau commencement. Comme l’a rappelé le saint pape Jean-Paul II à tous les religieux et religieuses: « Vous n’avez pas seulement à vous rappeler et à raconter une histoire glorieuse, mais vous avez à construire une grande histoire ! Regardez vers l’avenir, où l’Esprit vous envoie pour faire encore avec vous de grandes choses »(VC 110). Ce chapitre devrait donc être un moment pour nous réinventer en tenant compte des expériences du passé, des exigences du présent et de nos rêves pour le futur. C’est l’occasion de faire preuve de courage et d’engagement prophétique, nous laissant guider par l’Esprit qui saura toujours nous conduire vers la nouveauté de Dieu.

Nous avons célébré notre tricentenaire dans le contexte d’une Église qui, dirigée par le pape François, veut se renouveler, se faire présente au monde et transmettre la joie de l’Évangile. C’est une Église qui a célébré l’année 2015 comme étant l’Année de la Vie Consacrée, alors que le pape François invitait toutes les personnes consacrées « à regarder le passé avec reconnaissance, à vivre le présent avec passion et à embrasser l’avenir avec espérance ».C’est une Église qui a annoncé l’année 2016 comme étant l’Année du Jubilé de la Miséricorde, invitant chaque chrétien à être miséricordieux comme le Père et à faire preuve de compassion pour la création tout entière. Ainsi, notre chapitre général, qui suit ces événements significatifs de la vie de l’Église et de la congrégation devrait être une véritable occasion de regarder le passé, de se réjouir, de rendre grâce à Dieu pour toutes ses merveilles, de nous renouveler et de nous engager à être de dynamiques disciples de ce grand « Missionnaire Apostolique »,saint Louis-Marie de Montfort. Montfort, ce prophète de notre temps, tel qu’il apparait dans ces mots écrit, il y a 300 ans: « J’ai un Père dans les cieux qui est immanquable. Il m’a conduit ici, il m’y a conservé jusqu’ici, il le fera encore avec ses miséricordes ordinaires… Je ne laisse pas de prier Dieu et de m’abandonner à sa Providence »(cf. Lettre de Montfort au P. Alain Robert, 20 septembre 1694).

Dynamique du 32e chapitre général

Comme je le mentionnais au tout début, un chapitre général est un temps de célébration. C’est un moment d’histoire collective, de dialogue fraternel, d’orientation collective, de discernement responsable et de disponibilité. En regardant le calendrier des événements des 3 prochaines semaines, vous découvrirez qu’il est conçu pour atteindre les objectifs prioritaires de tout chapitre général.

  1. Tel qu’indiqué dans le Document de travail, un chapitre général est un événement important dans l’histoire d’une congrégation religieuse. Un événement qui exige une sérieuse préparation spirituelle. Il est donc tout à fait approprié de commencer notre 32e chapitre général par la célébration eucharistique, suivie d’un jour de retraite sur la spiritualité du chapitre, et de consacrer du temps à la réflexion silencieuse, ainsi qu’à la prière personnelle et communautaire. Nous sommes invités à être des ‘apôtres de la conversion’. Nous ne pouvons donner ce que nous n’avons pas et nous ne pouvons faire de recommandations aux autres sans laisser ces mêmes recommandations toucher nos cœurs !
  2. Un chapitre général est un signe d’unité et de charité. Hier après-midi, nous avons déjà eu l’occasion de faire connaissance de façon informelle. Le livret « Faisons connaissance »et le partage plus élaboré de nos convictions et attentes que nous ferons, en groupes, cet après-midi, ont pour but de nous aider à mieux nous connaître et de susciter notre fierté d’appartenir à une congrégation internationale, avec ses richesses et ses limites.
  3. Ceux d’entre nous qui ont assisté aux chapitres généraux précédents remarqueront que, selon la nouvelle dynamique proposée par notre facilitateur, le F. Jean-Claude, moins de temps est consacré à la présentation des rapports des provinces, alors que plus de temps est consacré à identifier les défis auxquels nous sommes confrontés et à préciser des actions concrètes à réaliser. On dit que l’art de conduire une voiture est une métaphore parfaite pour illustrer ce qu’est la réussite. Nous nous souvenons tous de ce que nos moniteurs d’auto-école nous ont appris: « La plupart du temps, regardez devant vous par le pare-brise. Votre voiture ira où vont vos yeux. Regardez toujours la route à venir, là où vous voulez aller, plutôt que là où vous ne voulez pas aller. Mais, de temps en temps, vérifiez vos rétroviseurs, pour éviter les obstacles possibles. Si vous regardez en arrière trop longtemps et trop souvent, vous pourriez avoir un accident et ne jamais atteindre votre destination ! »Soyons davantage tournés vers l’avenir plutôt que vers le passé.
  4. Tel que mentionné à l’article 158 de nos constitutions, l’une des principales responsabilités d’un chapitre général est de procéder à l’élection du supérieur général et des assistants généraux qui assumeront l’animation générale de notre congrégation au cours des 6 prochaines années. C’est une démarche qui exige beaucoup de discernement de la part de tous les capitulants car, comme le stipule l’article 175 de nos constitutions, le supérieur général et les assistants généraux doivent collaborer entre eux, travailler en équipe et former une communauté de gouvernement au service de l’institut. Ils doivent être particulièrement attentifs au maintien du dynamisme missionnaire de l’institut. Ils sont ainsi source de vie et de créativité pour les frères et leurs communautés et favorisent les liens entre les provinces. Je prends la liberté de citer ici l’avertissement donné par le pape François aux nonces du monde entier, le 17 septembre 2016: « Sans humilité, aucun service n’est possible ou fécond. Apprenez à rencontrer, écouter, parler, partager, proposer et travailler ensemble, montrant un amour sincère, une sympathie et une empathie envers les gens… Méfiez-vous de ceux qui sont ambitieux et qui aspirent à l’épiscopat, parce qu’ils sont imprégnés de l’esprit du monde, qui conduit à agir pour sa réalisation personnelle et non pour la gloire de Dieu ».Nous sommes tous conscients du fait que nos désirs dictent nos priorités, nos priorités façonnent nos choix, et nos choix déterminent nos actions. Nous, les 50 capitulants, ne sommes pas ici pour représenter nos entités, mais nous sommes ici parce que nous avons reçu un mandat de nos frères. Nous sommes ici pour discerner ce que le Seigneur veut pour notre congrégation au cours des années à venir. Il est également vrai que ceux qui seront appelés à assumer le service de l’autorité au niveau de l’administration centrale se doivent d’avoir beaucoup de disponibilité, tout comme Marie, notre mère, qui s’est faite toute réceptive au plan de Dieu lors de l’Annonciation. Comme le disait si bien sainte Mère Teresa de Calcutta: « Il est très facile de donner des exemples, mais il est très difficile de devenir un exemple! »
  5. Sur les conseils de notre facilitateur, nous avons opté pour un chapitre qui soit programmé basé sur l’action. Cette méthodologie met davantage l’accent sur une planification commune pour l’avenir de notre congrégation face aux défis majeurs auxquels nous sommes confrontés en tant que congrégation. Par conséquent, dans le calendrier, un temps relativement plus long est proposé pour travailler sur certaines priorités pour l’avenir, pour préparer des plans d’action concrets ainsi qu’un calendrier de mise en œuvre. Il n’est peut-être pas déplacé de mentionner ici la mise en garde donnée par le pape Paul VI aux supérieurs majeurs des congrégations religieuses, à l’époque de Vatican II: « La multiplicité des lois n’apporte pas toujours le progrès dans la vie religieuse. Il arrive souvent que, plus il y a de règles, moins les gens s’y intéressent. Par conséquent, que les chapitres généraux utilisent toujours leur droit de faire des lois avec modération et prudence ».

Priorités pour l’avenir: quelques recommandations

  1. Sur recommandation du 31echapitre général, l’administration centrale a mis en place deux commissions internationales: (1) Une commission d’étude sur la vocation et la formation (cf. 14 a); et (2) Une commission d’étude pour l’avenir de la maison généralice (cf. 35). Les rapports de ces commissions d’études et les recommandations qu’elles ont formulées seront présentées au cours du chapitre, non seulement à titre d’information, mais pour demander l’élaboration de plans d’action concrets qui seront, par la suite, traités de façon prioritaire.
  2. Le rapport du Frère économe général présentera des tableaux illustrant la situation financière de la congrégation et de ses différentes entités et montrant l’évolution au cours des 10 dernières années. Il mettra également en lumière les plans à court et à long termes qui ont été préparés, notamment pour permettre aux entités africaines de progresser lentement mais sûrement vers l’autonomie financière. Le rapport présentera aussi les difficultés rencontrées dans la gestion des affaires financières de la congrégation en raison des contraintes légales en vigueur en certains pays. De nos jours, plus de 73% des participations proviennent des provinces occidentales vieillissantes. Comme je le mentionnais dans un vibrant appel lancé au 17econseil d’institut, les provinces asiatiques peuvent-elles trouver des façons de progressivement prendre une part plus importante des contributions et de rassembler leurs énergies dans le but d’aider les secteurs africains à réaliser leurs rêves d’autosuffisance? Il ne fait aucun doute que l’aspect financier pose de sérieux problèmes qu’on ne peut traiter à la légère. J’aimerais ajouter que chaque crise peut être une opportunité à saisir par la congrégation, mais je dois aussi mettre en garde contre les soucis financiers qui peuvent conditionner l’imagination du chapitre de façon disproportionnée ! Une douloureuse leçon à tirer des difficultés financières c’est que nous sommes invités à une vigilance accrue dans la façon dont nous finançons nos missions, ainsi qu’à une plus grande transparence et à un plus grand sens des responsabilités (cf. 31echapitre général, 19 a).
  3. Le 31echapitre général avait pris la ferme résolution « de renforcer le caractère international de l’institut et de renforcer la collaboration internationale » (cf. 36). Nous sommes certainement fiers de la communauté internationale établie à Saint-Laurent-sur-Sèvre. Il y a des demandes venant des provinces vieillissantes, comme celles du Canada et de l’Espagne, pour reproduire ce type de communautés internationales/interculturelles, afin de continuer la présence de notre congrégation en occident. Le rapport présenté par l’administration centrale et les statistiques présentées par le secrétaire général vous montreront la fragilité de nos secteurs missionnaires et expliqueront comment certains d’entre eux ont dû être fermés au cours des récentes années. Nous nous souvenons certainement, avec nostalgie, des services héroïques de nos missionnaires de France, du Canada, d’Espagne, de Belgique et d’Italie, qui sont allés, comme pionniers, dans les pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud. Est-ce que la relance de ce dynamisme missionnaire chez nos frères pourrait devenir une priorité pour notre congrégation au cours des années à venir?
  4. Au 31e chapitre général, nous avons fait des déclarations audacieuses sur notre mission d’éducation comme étant le meilleur moyen de créer un monde juste et fraternel (cf. 10), sur la nécessité et l’importance, dans notre mission, de renforcer le partenariat avec les laïcs (cf. 26), et sur le renforcement de la vie fraternelle dans nos communautés comme étant une condition essentielle pour rendre notre mission plus efficace (cf. 13 b). Le fait que les mêmes aspects soient réitérés dans le défi principal identifié pour nos réflexions et délibérations au cours du 32echapitre général est une raison suffisante pour que nous donnions la priorité à la communauté de relations que nous construisons avec nos frères, nos associé(e)s, nos collaborateurs et collaboratrices, l’Église locale, ainsi qu’avec toute personne de bonne volonté et avec différentes organisations qui travaillent pour le bien commun de l’humanité et pour l’avènement du Royaume. Comme l’a dit le pape François aux Frères Maristes, lors de leur bicentenaire, en 2017, « La société a aujourd’hui besoin de personnes solides dans leurs convictions, capables de témoigner de ce en quoi elles croient et, ainsi, capables de construire un monde meilleur pour tous».

Mots de remerciements

Je voudrais terminer ce message inaugural par un mot de remerciement et par une fervente prière. La préparation au 32echapitre général a commencé lors du 17econseil d’institut tenu à Bangkok en 2017, et je tiens à remercier sincèrement toutes les personnes et groupes qui ont contribué à la planification méticuleuse de cet important événement. Je voudrais, en premier lieu, remercier les membres de l’administration centrale pour le temps et l’énergie consacrés à la préparation des différents documents, ainsi que tous les frères, sœurs, collaborateurs et collaboratrices laïcs de la maison généralice, pour leur généreuse disponibilité à assumer les différentes tâches. Je voudrais aussi exprimer mes sincères remerciements au comité préparatoire au chapitre, présidé par le F. René Delorme, assisté des FF. Jean-Marie Ndour, Mariannan M., et Jimmy Kalapurayil qui, avec notre facilitateur, F. Jean-Claude, ont travaillé pendant plusieurs jours, avec dévouement et efficacité, pour préparer le Document de travail, le logo et la devise, le calendrier mural et les prières pour le 32echapitre général. Nous remercions tout particulièrement le F. René Delorme qui, avec beaucoup de dévouement et de compétence, a passé beaucoup de temps et d’énergies à traduire différents documents, à synthétiser les contributions des provinces, à éditer et à mettre en forme les rapports provinciaux, etc.

Avant d’aller plus loin, je voudrais remercier notre efficace comité de liturgie, formé des FF. Bernard Guesdon, Marcel Chapeleau et Sébastien Ndabunganiye, pour cette magnifique et inspirante célébration d’ouverture à laquelle nous venons de participer et pour toute l’animation qu’ils feront au cours des 3 prochaines semaines. Heureusement, leur tâche a été facilitée, grâce à la générosité et à la bonne volonté du F. Ronald Brissette (CAN) qui, bien à l’avance, a préparé, sous forme de livret, tous les textes des prières pour les offices de Laudes et de Vêpres.

Préparer tous les documents que vous avez et que vous aurez, signifie beaucoup de traductions d’une langue à l’autre, et beaucoup de mises en forme. Nous sommes donc très reconnaissants envers nos traducteurs, les FF. René Delorme, Georges Le Vern, Marcel Chapeleau, Marcel Barreteau, Sébastien Ndabunganiye, Corentin Le Bot et autres, envers nos techniciens, les FF. Michael Mathew et Sebastian Antony Samy, et notre secrétaire, Mme. Stephania,  qui, avec joie, se sont occupés de ces tâches laborieuses. Nos remerciements vont également aux secrétaires, interprètes, traducteurs et autres bénévoles, dont nous apprécions grandement la disponibilité.

Au nom de l’administration centrale, je tiens également à exprimer notre sincère reconnaissance aux FF. Marcel Bregeon, Jayapal Reddy et Ambroise Ndougou, qui ont rendu de précieux services à la Casa Generalizia, en effectuant de nombreuses tâches pendant notre mandat, ainsi qu’aux FF. Bernard Guesdon et Paul Texier, qui continuent, depuis longtemps, et toujours avec la même énergie et le même enthousiasme.

Enfin, je souhaite remercier tous les frères de nos provinces pour leur participation active à la phase préparatoire du chapitre général. Je souhaite également remercier tous les membres de la famille montfortaine, ainsi que tous nos associé(e)s, collaborateurs/collaboratrices et ami(e)s qui nous accompagnent de leurs prières. Nous apprécions leur proximité spirituelle sachant que « Si le Seigneur ne bâtit la maison, ses bâtisseurs travaillent pour rien » (Ps 127).

Donc, chers frères, au nom de l’administration centrale, je vous souhaite, à nouveau, une sincère et chaleureuse bienvenue et je vous invite à faire de ce 32echapitre général une véritable célébration, dans un esprit d’unité et de charité. Demandons à l’Esprit de Dieu de nous accompagner et de nous éclairer tout au long de ces 3 semaines de chapitre. Alors qu’en ce jour, nous célébrons la fête de l’Annonciation, redisons, avec Marie, notre mère: « Me voici Seigneur; qu’il me soit fait selon ta parole » (cf. Lc 1, 38). Demandons-nous si nous avons peur de ce que Dieu pourrait nous demander et si, comme Marie, nous acceptons de nous laisser surprendre par Dieu, ou si nous restons prisonniers de nos propres zones de sécurité matérielle, intellectuelle ou idéologique, nous réfugiant dans nos plans et projets personnels.

Je voudrais terminer par quelques extraits de la prière pour le 32echapitre général:

Dieu notre Père, nous confions à ton infinie bonté,

le 32e chapitre général de notre congrégation.

Envoie sur nous ton Esprit de lumière et de sagesse

et donne-nous de discerner ta volonté

pour le bien de ton peuple et la gloire de ton Nom.

Sainte Marie, notre Mère, aide-nous à être, comme toi,

ouverts aux suggestions de l’Esprit-Saint.

Saint Louis-Marie de Montfort, Bienheureuse Marie-Louise de Jésus,

Père Gabriel Deshayes, et vous tous, frères,

qui nous avez précédés dans la maison du Père,

intercédez pour nous.

MAINTENANT, JE DÉCLARE OUVERT LE 32ECHAPITRE GÉNÉRAL DES FRÈRES MONTFORAINS DE SAINT-GABRIEL.

F. John Kallarackal

Supérieur général